On ne peut boire que 0,7% de l'eau sur Terre : pourquoi ? 🤨

Planète
Temps de lecture :
6 minutes
13/5/24
Toi aussi t'as envie de changer le monde sans sacrifier ton plaisir ? Rejoins Juliette pour supprimer le plastique à usage unique de nos maisons !

Vous le savez sûrement : la planète Terre est surnommée “planète bleue”. 🌍 Ce surnom, elle le doit au fait qu’elle soit recouverte de beaucoup d’eau (72% de sa surface, pour être précis).

Vu comme ça, on pourrait se dire “cool, on a de quoi faire !”, sauf que, malheureusement, toute cette eau n’est pas uniquement de l’eau consommable par l’Homme… Il y a d’ailleurs plus d’eau non destinée à notre consommation (69,2% d’eau salée) que d’eau destinée à nos usages (2,8% d’eau douce) !

Le p’tit problème en plus, c’est que toute l’eau douce présente sur globe ne se trouve pas dans des zones accessibles. C’est-à-dire qu’elle n’est pas dans des zones où elle est peut-être facilement exploitée pour la consommation humaine… Au final, sur les 2,8% d’eau douce, on estime que moins d’1% est présent dans des réservoirs accessibles (lacs, rivières, nappes phréatiques). 💧 1% d’eau, c’est très peu, surtout au vu de la manière dont nous la consommons ! 

Alors, pourquoi toute l’eau présente sur Terre n’est-elle pas consommable par l’Homme ? Où se trouve l’eau douce ? Et pourquoi devient-elle une denrée rare ? On passe tout ça en revu !

La planète bleue est majoritairement recouverte d’eau… salée

72%, c’est le pourcentage de surface terrestre recouvert d’eau. Dit comme ça, ça fait beaucoup ! Sauf que quand on se penche sur les chiffres, on découvre qu’au final, l’eau ne représente que 0,023% de la masse terrestre. Autrement dit, pas grand-chose ! 😳

En plus de ça, toute l’eau disponible sur Terre n’est pas seulement de l’eau propre à la consommation. En réalité, il y a même plus d’eau salée (pas consommable par l’Homme en cet état) que d’eau douce.

👉 En effet, l’eau douce ne représente que 2,8% de toute l’eau disponible sur le globe. Un pourcentage plutôt faible au vu de la quantité d’eau présente sur Terre. Alors, avec si peu d’eau, on fait comment pour répondre aux besoins de tous ? 

Eh bien, on ne fait pas ! Pas uniquement par faute de quantité, mais aussi par faute de qualité. Selon l’UNICEF et l’OMS, 1 personne sur 3 n’a pas accès à l’eau potable. On sait aussi que dans le monde, 1,8 milliard de personnes boivent de l’eau contaminée par des matières fécales. 😔 Les conséquences sont graves puisque chaque année, des milliers de personnes décèdent à la suite de maladies hydriques, des maladies causées par un manque d’assainissement de l’eau (choléra, diarrhée, hépatite, etc.)...

Du coup, pour éviter cette pénurie d’eau, pourquoi ne pas boire l’eau des mers et des océans ? 🧐 Question légitime au vu de la quantité d’eau salée présente sur le globe ! Alors, oui, mais… Non. 

👉 L’eau de mer étant une salée, elle n’est pas désaltérante ou hydratante. Pire, boire de l’eau de mer pourrait même avoir l’effet inverse et entraîner une déshydratation ! 

Dans ce cas, la solution ne se trouverait-elle pas dans le dessalement de l’eau de mer ? 🌊 Encore une fois, oui, mais… Non !

Dessalement de l’eau de mer, la solution pour boire à sa soif ? 💧

En 2022, pas moins de 21 000 stations de dessalement d’eau de mer étaient opérationnelles dans le monde. Ces usines permettent de subvenir aux besoins en eau de millions de personnes, parfois dans des endroits où l’eau de mer est la seule solution pour s’hydrater, se laver ou manger. Comme sur l’île de Sein, en France ! 🇫🇷

💡 Le dessalement de l’eau de mer est un processus qui permet de retirer les minéraux dissous dans l’eau. Le but étant de la rendre potable, donc consommable. Le problème, c’est que les usines de dessalement rejettent dans l’eau de la saumure (de l’eau très concentrée en sel), ainsi que d’autres composants pas tip top… Les conséquences pour le milieu aquatique sont plutôt désastreuses : 

  • La pollution thermique, créée par le rejet de saumure, entraîne une augmentation des températures des océans. Cette augmentation met en danger les récifs coralliens, mais aussi de nombreuses espèces marines.
  • Les rejets de saumure et de métaux lourds (mercure et plomb, par exemple) perturbent les habitats des poissons, font diminuer la biodiversité et contribuent à l’extinction de certaines espèces près des usines de dessalement.

À ça, on peut ajouter que ces usines sont énergivores et dépendantes aux énergies fossiles. Sans oublier qu’elles rejettent une quantité pharaonique de gaz à effet de serre (GES). 🌬️ En bref, dessaler l’eau n’est pas une solution viable, autant pour l’Homme que pour l’environnement. 🌍

2,8% d’eau douce sur Terre… on peut tout boire ?

Propre à la consommation, l’eau douce est répartie entre plusieurs réservoirs naturels. 🌍 Bien qu’elle soit renouvelée en permanence grâce au cycle de l’eau, certains endroits du globe n’ont toujours pas accès à l’eau potable. Et c’est de pire en pire avec les périodes de sécheresses !

💡 L’eau douce ne cesse de voyager à travers le cycle de l’eau : elle passe de la mer à l’atmosphère (avec le phénomène de l’évaporation dû au soleil), puis de l’atmosphère à la terre (avec les précipitations : grêle, pluie, neige), puis retourne de nouveau à la mer après avoir été stockée dans des réservoirs naturels pendant un laps de temps plus ou moins long. Si une étape du cycle de l’eau vient à être perturbé, tout le reste de la chaîne l’est aussi. 

👉 Admettons que les précipitations se fassent plus rares. Cela signifierait que l’eau condensée dans l’atmosphère ne pourrait pas retourner sur Terre et donc, que les ressources en eau deviendraient insuffisantes. Ça vous parle ?

C’est d’ailleurs pour cette raison, entre autres, que le réchauffement climatique est inquiétant ! Plus les températures sont élevées, plus le taux d’évaporation des sols et des eaux de surface est important. Si à ça on ajoute un manque de précipitation, on se retrouve avec des pénuries d’eau plus fréquentes. 💧Plutôt inquiétant quand on sait que l’eau douce (qui est, comme vous l’avez compris, soumise aux conditions météorologiques) ne représente que 2,8% de toute l’eau terrestre.

L’autre petit souci, c’est que toute cette eau n’est pas stockée dans des réservoirs accessibles :

  • 68% se trouve dans les glaciers et la neige 🧊
  • 30% se trouve dans des réserves souterraines (nappes phréatiques, aussi appelées “aquifères”) 🌍
  • 2% se trouve dans les eaux de surface (lacs, cours d’eau, rivières, fleuves) et dans l’atmosphère (nuage, pluie, brouillard, brume). 🌧️

Problématique, vous dites ?

La ressource en eau se raréfie, pourquoi ?

Ok, le réchauffement climatique et l’augmentation de la population mondiale n’aident en rien, mais la principale raison pour laquelle l’eau devient une denrée rare, c’est la manière dont nous la consommons !

👉 Par exemple, entre 1900 et 1995, la population mondiale a été multipliée par 3,4. Dans ce même temps, selon de Centre d’Information sur l’Eau, la consommation d’eau a été multipliée par 7 ! 😳

Si on se base sur la France, on peut aussi voir une nette augmentation puisqu’en 1975, un Français consommait 106 litres d’eau par jour, contre 165 litres en 2004. Aujourd’hui, la consommation moyenne en eau d’un Français se situe autour de 148 L d’eau par jour ! Bien loin des 700 litres par jour pour un Américain, on vous l’accorde. 😤

À ça, il faut ajouter les consommations d’eau cachées, c’est-à-dire les litres d’eau que nous ne consommons pas directement à la maison !

Où part l’eau douce ?

Sachez que la consommation d’eau domestique ne représente qu’1% de toute l’eau douce ! 💧 Cette consommation se répartie en deux pôles : 

  • 93% pour l’hygiène (vaisselle, douche, toilettes, etc.)
  • 7% pour l’alimentation (boisson et cuisine)

En deuxième position, on retrouve les activités industrielles, qui pompent à elles seules 20% de l’eau douce. 🏭 Cette eau sert notamment à nous alimenter en énergie (pour refroidir les centrales thermiques), mais aussi à faire nos vêtements et des matériaux divers (acier, carton, etc.).

En troisième position, on retrouve l’agriculture, avec 70% d’eau douce utilisée. 🌾 Cette eau sert à cultiver ce que nous mangeons, mais aussi à cultiver ce que les animaux que l’on mange vont manger. 

🐮 À titre d’exemple, l’empreinte d’eau d’un kilo de viande bovine est de 15 000 L et celle d’un kilo de lentilles est de 5000 L. Pourquoi la viande est-elle plus gourmande en eau ? Simplement car la vache a besoin de boire et de manger. Pour ça, on utilise de l'eau à la fois pour cultiver les céréales et pour faire pousser la prairie. Ensuite, lors de la transformation et du transport de la viande, de l’eau est de nouveau consommée. Mis bout à bout, on arrive à des sommes astronomiques !

Comment préserver l’or bleu ? 💙

Au vu de la faible quantité d’eau douce présente sur Terre, il va de soi qu’il est urgent de mettre en place des gestes pour économiser l’eau ! Pour ça, pourquoi ne pas revoir la consommation que nous en faisons ?

Par exemple, installer des mousseurs sur les robinets et dans la douche permet déjà de réaliser 50% d’économie d’eau en 1 an. Plutôt pas mal ! Réduire sa consommation de produits animaliers et réutiliser l’eau de pluie sont aussi des pistes intéressantes. 💪

Vous avez envie d’en savoir plus sur les économies d’eau ? Découvrez nos 11 gestes pour économiser l’eau à la maison ! 💧

Économisez votre consommation d'eau douce avec un mousseur

JE TESTE

Vivez l’aventure Pimpant à nos côtés !

Suivez-nous sur Instagram @pimpant.com
#QUEDUBON

Abonnez-vous à notre newsletter !

10% offerts sur votre 1ère commande !
Découvrez les coulisses, les nouveautés, apprenez-en plus sur la préservation de la planète et de ses habitants.
Inscription validée !
Oups ! Il doit y avoir une erreur dans votre adresse e-mail.